Accueil

Récits des apparitions

Démarches de la voyante et des témoins

Le 05 mars 1948, lors de l'apparition dans la servitude menant à la maison de sa tante, Marguerite entendit une voix qui disait: « je suis Notre Dame des étoiles (...) faites part à Mr le curé VANDERCAMMEN ». (voir récit complet des apparitions )

Marguerite, peu de temps après, rencontra son curé l'abbé VANDERCAMMEN pour décrire ce qu'elle avait vu. Celui-ci envoya notre petite voyante près du professeur de religion de la Madeleine (école), l'abbé Graux, pour lui énoncer les faits.
L'abbé Graux demanda alors à Marguerite de mettre par écrit toutes les apparitions, ce qu'elle fit. Ensuite plus rien...

Les années se sont écoulées et malgré les essais infructueux pour en faire part à l'évêché, Marguerite n'a jamais perdu espoir.
C'est ainsi que le 26 janvier 2006, accompagnée de Reine-Marie et Thérèse-Marie (les témoins), Marguerite est reçue par Mgr Harpigny, évêque de Tournai. Le 11 octobre de la même année, elles retournent à l'évêché afin d'être de nouveau entendues.

Enquêtes et position de l'Eglise

Mgr Harpigny a demandé la réalisation d'un dossier, relatant les faits qui s'étaient déroulés entre le 02 mars 1948 et le 11 février 1951. A ce jour, l'enquête est encore en cours et seul, Mgr Harpigny peut reconnaître officiellement ces apparitions.
Dans son livre « Enquête sur les apparitions de la Vierge »,Yves Chiron écrit :

« Les évêques gouvernent les Églises locales en qualité de vicaires et légats du Christ; ils le font par des décisions faisant autorité » (Lumen Gentium, No 27). « Toutes les manifestations de la piété populaire sont, dans le diocèse, sous la responsabilité de l'évêque », écrivait le pape en 2003 (Pastores gregis, No 40).

À l'évêque diocésain revient normalement tout le pouvoir ordinaire requis pour l'exercice de sa charge pastorale (cf Can. 381 - § 1). Il lui appartient de voir à ce qu'il n'y ait pas d'abus dans la discipline ecclésiastique, surtout en ce qui concerne le culte de Dieu et des saints (cf Can. 392 - § 2). Il doit voir à la pureté de la foi (cf Can. 386). Il lui revient donc de se prononcer sur l'authenticité d'apparitions dans son diocèse.

A ce jour, certaines autorisations ont été accordées par Mgr Harpigny:

Retour